ÉVÈNEMENT CULTURE
20
oct 2016

L’Association Dialogue Franco-Russe
et M. Joël Garcia, membre de l’Académie de la culture et des art de Russie

Sous le patronage
de Son Excellence Alexandre Orlov, ambassadeur de la Fédération de Russie en France,
de M. Hugues Gall, membre de l’Institut, directeur de la Fondation Claude Monet,
et de l’Honorable Serge Joyal, sénateur du Canada

présentent


Paul Chmaroff (1874-1950)

100 œuvres dont la plupart n’ont jamais été exposées

Exposition du 20 au 24 octobre 2016
Art Elysées, avenue des Champs Elysées Paris 8e 


IMG 9711s2


Pavillon éphémère : en bas de l’avenue des Champs Élysées 75008 Paris, côté paire
Entrée face à la place de la Concorde
Du jeudi 20 au lundi 24 octobre 2016, tous les jours de 11h à 20h sauf le lundi de 11h à 18h
Ticket d'entrée Art Elysées : 15€

Paul Chmaroff

C’est à son talent et à la générosité du Cercle des amateurs de dessin et de peinture de Voronej que Paul Chmaroff (1874-1950) doit son destin hors du commun. Envoyé à l’Académie impériale des Beaux-Arts à Saint-Pétersbourg, il suit les cours d’Ilya Repine dont il est l’un des favoris et est très apprécié du grand Arkhip Kuindji, autre professeur de l’Académie.

Après un court séjour à Munich, chez Anton Azbe, Paul Chmaroff reçoit en 1899 son titre de peintre et une bourse d’étude qui lui permettra de faire un tour d’Europe et suivre en France les cours de Jean-Paul Laurens à l’Académie Julian. Médaille d’or à l’Exposition Internationale de Saint Louis (Etats-Unis) en 1904, médaille d’argent à l’Exposition Universelle de Liège en 1905, il devient peintre de la cour du Tsar. Sa renommée va grandissante. Portraitiste, peintre de batailles, illustrateur, décorateur de théâtre, correspondant de guerre pendant la Première Guerre Mondiale, Paul Chmaroff est élu académicien en 1916.

Et survient la Révolution. Les commandes se font rares, le peintre décide de suivre ses anciens commanditaires. Ce sera d’abord Rome et toute l’Italie puis la France. En 1924, il s’installe à Paris et ne quittera plus son pays d’adoption où il sera surnommé par certains de ses contemporains le « Renoir russe ». Membre éminent de la communauté russe en exil de par ses fonctions antérieures en Russie, sa situation matérielle n’en est pas moins difficile. Il expose en France et à l’étranger dans toutes les grandes manifestations artistiques dédiés à l’art russe. Il peint de nombreuses toiles sur commande, ses sujets de prédilection restant les paysannes russes dans leurs costumes éclatants de couleurs et les baigneuses surprises dans leur intimité au bord de l’eau. L’expression nostalgique des moments heureux de sa jeunesse brossée à larges touches...

C’est en 1971 que Joël Garcia, collectionneur attentif et passionné, achète la première toile de Chmaroff. Quelques temps plus tard il acquiert une trentaine de tableaux de Chmaroff d’un coup, qu’il payera sur deux ans, avant de continuer, durant presque 50 ans, de rassembler l’œuvre de ce peintre russe émigré. Infatigable, il va continuer à chiner, trouve dessins, pastels et aquarelles, il passe des annonces pour retrouver les œuvres du peintre. C’est ainsi qu’il rentrera en contact avec des gens ayant connu Paul Chmaroff. Il fera reconstituer l’histoire de la vie du peintre, au travers d’archives, de lettres, de mémoires et de son journal intime resté en Russie, de quelques témoignages de contemporains. A ce jour la collection de Joël Garcia compte près de 500 œuvres : peintures, pastels, sanguines, dessins et aquarelles. Depuis 10 ans, ce mécène redonne vie à Paul Chmaroff en organisant régulièrement des expositions en France et en Russie, avec le soutien de l’Association Dialogue Franco-Russe, et en publiant de nombreux catalogues en russe et en français.