ÉVÈNEMENT CULTURE
26
mar 2015

Quand les Russes rient 
1er Festival du Film russe
Un événement de l’Association Dialogue Franco-Russe

produit par Rivages film

Du jeudi 26 au lundi 30 mars 2015
Au cinéma Le Grand Action, 5 rue des Ecoles, Paris 5e 

60 ans de comédies russes / 22 films de 1950 à 2012
7 court-métrages en compétition
Une table ronde : L’humour russe existe-t-il ?
Hommage à l'actrice Inna Tchourikova
Sortie nationale de 3 films

Affiche QuandLesRussesRientS



Télécharger la brochure du festival
Site officiel du festival




Long-métrages
Le début (Начало. 1970. 91) Hommage exceptionnel à l’actrice Inna Tchourikova
Tragi-comédie
Un film de Gleb Panfilov avec Inna Tchourikova, Valentina Telitchkina, Tatiana Stepanova
.
Pacha Stroganova partage sa vie entre le travail à l'usine et quelques petits rôles dans une troupe de théâtre. Rôles souvent cantonnés aux sorcières et aux mégères. Jusqu'à ce qu'un jeune réalisateur soviétique la remarque, un soir, et lui demande de jouer Jeanne d'Arc. 

Je demande la parole (Прошу слова. 1974. 145) Hommage exceptionnel à l’actrice Inna Tchourikova
Drame
Un film de Gleb Panfilov
avec Inna Tchourikova, Nikolai Goubenko.
Lisa Ouvarova, mariée à un entraineur de football et mère de deux enfants, devient maire d'une petite ville de province. Alors qu'elle fait ses premiers pas en tant que députée au Soviet suprême, elle apprend que son fils s'est accidentellement tiré une balle dans la tête.

Le garçon de courses (Курьер. 1987. 88) Hommage exceptionnel à l’actrice Inna Tchourikova
Drame/mélodrame/comédie

Un film de Karen Chaknazarov avec Fiodor Dounaevski, Inna Tchourikova, Anastassia Nemolaeva.
Курьер5s
Au milieu des années 1980, le jeune Ivan rate son examen d’entrée à l’université. En attendant sans entrain le prochain examen, il vit de petits boulots et devient coursier dans une maison d’édition. Il rencontre la fille d’un universitaire de la nomenklatura qu’il charme par son côté rebelle. Cet idylle ne durera pas et il voit s’approcher la conscription, et peut-être l’envoi en Afghanistan.

La côte d’Adam (Ребро Адама. 1990. 80) Hommage exceptionnel à l’actrice Inna Tchourikova
Drame/Comédie
Un film de Vyatcheslav Krichtofovitch avec Inna Tchourikova, 
Elena Bogdanova, Svetlana Riabova.
Nina élève seule ses deux filles « de deux maris très différents » et s’occupe de sa mère paralysée. Au travers de la vie de ces trois femmes, une description douce-amère de la société soviétique finissante.

Les cosaques de Kouban (Кубанские казаки. 1950. 120’) Sortie nationale
Comédie musicale
Un film d’Ivan Pyriev avec Sergueï Loukianov, Klara Loutchko, Vladlen Davydov.
Dans cette région du sud de la Russie, l’éleveur de chevaux Nikolaï est en compétition avec la belle Dacha, travailleuse émérite d’un kolkhoze voisin. Cette lutte pour les meilleurs résultats se transforme en joute amoureuse. Une des dernières grandes comédies musicales de la période stalinienne et un pur film de propagande où le cinéma transforme en conte de fée une réalité beaucoup plus terne. Khrouchtchev critiqua le film qui disparut un temps des écrans mais demeure, avec ses chansons et ses rires, un des grands succès du public.


La nuit du carnaval
(Карнавальная ночь. 1956. 74’) Sortie nationale
Comédie musicale
Un film d’Eldar Ryazanov avec Lioudmila Gourtchenko, Igor Ilynsky
, Youri Belov.
Карн ночб МосфSUn tournant du cinéma soviétique typique du « dégel ». Dans une maison de la culture, on prépare le carnaval. Les jeunes danseurs, musiciens, jongleurs, animés par l’esprit du jazz et de la fantaisie se heurtent à un directeur borné et conservateur qu’ils tournent en dérision… L’un des plus grands succès du cinéma russe et le premier grand film d’Eldar Ryazanov.

Les filles (Девчатa. 1962. 93’) 
Comédie
Un film de Youri Tchoulyoukin avec Nadejda Roumantseva, Nikolai Rybnikov.
Девчата МосфS1960. Tosia, jeune diplômée de l’école hôtelière de Simféropol, est nommée cuisinière dans un village de bucherons de l’Oural enneigé. Alors qu’elle s’installe dans le dortoir des filles, elle se heurte à Ilya, brigadier d’une équipe de bucherons, qui fait la loi dans la petite communauté et prétend la conquérir en un clin d’œil. Mais la petite cuisinière lui résiste… Un des grands rôles de la magnifique actrice Nadejda Roumantseva.

Je me balade dans Moscou (Я шагаю по Москве. 1963. 78)
Comédie lyrique
Un film de Georgi Danelia avec Nikita Mikhalkov,
Alekseï Loktev, Galina Polskikh.
Ce film, réalisé par l’un des maîtres de la comédie russe, nous replonge dans le Moscou des années 1960 et l’atmosphère légère du dégel. Volodia, jeune écrivain vient présenter une nouvelle à un éditeur moscovite. Il rencontre Kolia (Nikita Mikhalkov) et Sacha qui demande à ses amis de l’aider à obtenir un sursis pour pouvoir se marier. Une comédie lyrique culte.

Soyez les bienvenus (Добро пожаловать или посторонним вход воспрещен. 1964. 74’) 
Comédie
Un film d’Elem Klimov avec Vitia Kosykh, Evguenii Estigneev, Arina Aleïnikova.

"Ce film est dédié aux adultes qui ont été des enfants et aux enfants qui un jour seront des adultes." Le jeune Kostia est exclu du camp de pionnier pour en avoir franchi les limites. Mais au lieu de rentrer chez lui, il se cache dans le camp avec la complicité de ses camarades et de certains adultes. Une comédie ironique par le réalisateur de ‘Requiem pour un massacre’ qui, en 1985, à l’ouverture de la perestroïka, deviendra le président de l’union des cinéastes.

Il était une fois un gars 
(Живет такой парень. 1964. 101)
Comédie/mélodrame

Un film de Vassili Choukchine avec Leonid
Kouravlev, Bella Akhmadoulina, Rodion Nakhapetov.
Живет такой пареньS
Le jeune chauffeur Pachka conduit son camion sur les routes de l’Altaï en Sibérie. C’est un rêveur, tombeur de filles, un gars sociable mais qui ne s’engage en rien. Un jour, il devient un héros malgré lui en sauvant le dépôt de camions d’une catastrophe… L’écrivain et cinéaste Choukchine filme ses propres nouvelles, pleines de poésie et de douce ironie. Il remporte le Lion d'or au XVIe Festival international du film à Venise.

Prisonnière du Caucase (Кавказская пленница. 1967, 77’) Sortie nationale
Comédie
Un film de Leonid Gaïdaï avec Alexandre Demianenko
, Natalia Varley, Vladimir Etouch, Iouri Nikouline, Morgounov.
Кавказская пленницаМ 2sChourik vient au Caucase recueillir des chants et des contes. En chemin il rencontre Nina, belle étudiante fille d’un chauffeur local. Saakhov, le patron de celui-ci entend faire de Nina son épouse et devant son refus, décide de l’enlever… Une farce burlesque où l’on retrouve, aux côtés de Demianenko (Chourik), un trio d’acteurs à grands succès Nikouline, Morgounov et Bitsin. Le film fut vu à sa sortie par 76 millions de spectateurs.

Ironie du sort (Ирония судьбы, или С легким паром! 1975. 184
Tragi-comédie lyrique
Un
film dEldar Ryazanov avec Barbara Brylska, Andrei Miagkov, Liya Akhedjakova.
Quatre amis moscovites fêtent le nouvel an au sauna. Ivre, l’un d’eux se retrouve dans un appartement identique au sien, à la même adresse, mais à Leningrad. Ce malentendu bouscule la vie de la jeune occupante des lieux… Une comédie culte !

Romance de bureau (Служебный роман. 1977. 145’) 
Comédie/mélodrame
Un film d’Eldar Ryazanov avec Alissa Freindlikh, Andrei Miagkov, Liya Akhedjakova, Tatiana Nemoliaeva, Oleg Bassilachvili.

Служебный роман Мосф5 2ss
La vie terne d’un employé divorcé et timide va brusquement changer le jour où il décide de séduire la patronne de son administration, une femme sévère et distante qui ne manifeste aucun intérêt en dehors du travail. Un rôle sur mesure pour la grande Alissa Freïndlikh.

Moscou ne croit pas aux larmes
 (Москва слезам не верит. 1979. 130’) 
Mélodrame
Un film de Vladimir Menchov
avec Vera Alentova, Alexei Batalov, Innokenti Smoktounovski, Irina Mouraviova.
Москва слезам не веритS
Émouvante histoire de trois jeunes femmes qui viennent à Moscou à la fin des années 1950, en quête de bonheur. A travers leur destin à vingt ans d’intervalle, un grand mélodrame qui présente la façon de vivre de toute une génération. Oscar du meilleur film en langue étrangère en 1981.

Carnaval (Карнавал. 1981. 151
Comédie/mélodrame
Un film de Tatiana Lioznova avec Irina Mouraviova, Iouri Yakovlev.

En mettant en vedette Irina Muravyova dans une comédie musicale où une petite provinciale arrive à Moscou avec le rêve de devenir une actrice, la réalisatrice choisissait de rompre avec les films d’espionnage et de guerre qui l’avaient rendue célèbre dans son pays.

Nous sommes du jazz (Мы из джаза. 1983. 88’) 
Comédie musicale
Un film de Karen Chakhnazarov avec Igor Sklar, Alexandre Pankratov-Tcherny, Nikolai Averiuchkine, Elena Tsyplakova.

Мы из джаза МосфS 2
1926. Musicien odessite, Kostia Ivanov est passionné de jazz et cherche à organiser son groupe au travers de multiples aventures. Il se rend à Moscou où la concurrence est rude mais bientôt c’est le jazz lui-même qui est interdit comme musique séditieuse…

Amour et pigeons
(Любовь и голуби. 1984. 104’) 
Comédie lyrique
Un film de Vladimir Menchov avec Liudmila Gourtchenko, Nina Dorochina, Alexandre Mikhailov.

Любовь и голуби5S
Vassili, forestier exemplaire et bon père de famille est colombophile. Parti en séjour de convalescence au bord de la Mer Noire, il y rencontre une femme fatale et finit par s’installer chez elle. Commence alors une nouvelle vie, exaltante mais très vite sa famille et ses pigeons commencent à lui manquer.

La plus charmante et attrayante
(Самая обаятельная и привлекательная. 1985. 81).
Comédie
Un film de Guerald Bejanov avec Irina Mouraviova, Leonid Kouravliov, Aleksandr Abdoulov, Larissa Oudovitchenko, Tatiana Vasilieva.
 
Il n’est pas du tout évident de réussir, de nos jours, sa vie personnelle ! Même si une amie sociologue élabore scrupuleusement le plan d’action. Les situations comiques, liées à la recherche du future époux et à la conquête de son cœur, sont au centre de cette comédie qui met en scène toute une pléiade d’acteurs de talent et de renom.

Délit de fuites
(Фонтан. 1988. 101’) 
Comédie/Drame/Farсe
Un film de Youri Mamine avec Assankoul Kouttoubaev, Serguei Dontsov, Janna Kermitaeva.

Dans le Leningrad de la pérestroïka, l’immeuble où se déroule le film, comme la société, menace de s’écrouler en plein hiver, ravagé par des fuites d’eau à répétition. Seul l’ingénieur Lagoutine retarde l’inéluctable dans une comédie où se mêlent deux faces de la vie quotidienne soviétique, débrouillardise et absurdité.

La noce
(Свадьба. 2000. 116’)
Comédie dramatique
Un film de Pavel Lounguine avec Marat Bacharov, Maria Mironova, Andreï Panine.

Dans un petit village minier des alentours de Moscou, les deux familles préparent le mariage de Michka et de Tania. Inquiète, la famille de Michka se méfie de la future mariée arrivée tout droit de la capitale. Le père, héros du village, voit se multiplier le nombre de convives qu'il va falloir nourrir. Le grand-père, quant à lui, n'apprécie pas l'arrivée de Tania. Mais la noce commence, envers et contre tout, sans argent et, peut-être même sans marié...

Le gros lapin stupide
(Тупой жирный заяц. 2006. 90’) 
Comédie
Un film de Slava Ross avec Roman Artemiev, Alexandre Bachirov, Serguei Bekhterev, Alexei Maklakov,
Nikita Mikhalkov.
Тупой жирный заяц4SL’histoire drôle et touchante d’un artiste de théâtre raté dans l’univers post-soviétique où chacun essaye de survivre en tentant de conserver sa personnalité. Prix François Chalais du meilleur scénario, Prix du Meilleur Premier Film au Festival du cinéma russe à Honfleur.

Récits 
(Рассказы. 2012. 105’) 
Drame/comédie
Un film de Mikhail Segal avec Andrey Merzlikin, Igor Ugolnikov.

Un auteur apporte un recueil de nouvelles dans une maison d’édition. Le manuscrit est refusé mais le texte, passant de main en main, brouille la vie de plusieurs personnes qui s’identifient aux héros des nouvelles. Une description brillante et caustique de la nouvelle société russe.


Séance enfants
Séance pour petits et grands autour de Iouri Norstein :
Le Hérisson dans le brouillardS
La Bataille De Kerjenets (Сеча при Керженце. 1970)
Le Héron et la cigogne (Цапля и журавль, 1974)
Le Hérisson dans le brouillard
 (Ёжик в тумане, 1975)
Le Conte des contes (Сказка сказок, 1979)


Court-métrages en compétition
Argentine, interview avec un dealer mort (Аргентина, интервью с мёртвым наркодилером. 2008. 35')
Un film de Mikhail Mereskin
Comédie surréaliste

Le dernier jour de Mr Boulkin (Последний день Булкина. 2009. 13')
Un film d’Aleksey Andrianov
Comédie fantastique

Insignifiants détails d'un épisode fortuit (Незначительные подробности случайного эпизода. 2011. 28)
Un film de Mikhaïl Mestetsky
Comédie surréaliste

Chipendale (Чиппендэйл. 2012. 15')
Un film de Kamila Safina
Comédie

Une affaire de principe
(Дело принципа. 2013. 14')
Un film d’Igor Korotkï
Comédie noire

Sans faire exprès (Нечаянно. 2014. 20')
Un film de Jora Krijovnikov
Comédie noire

Un sur deux (Каждый первый. 2014. 26')
Un film de Nikolaï Kotiash
Comédie sociale

Composition du jury :

Président: Raymond Danon, producteur

Laurent Daniéliou, producteur                                  
Pascale Faure, responsable des programmes courts de Canal+         
B
ernard Menez, acteur
Pierre Murat, journaliste
Marina Tchoubkina, productrice


Table ronde : « L’humour russe existe-t-il ? »
Le samedi 28 mars 2015 à 10h00
Entrée libre
Animé par jean Radvanyi, en présence de Mikhaïl Segal, réalisateur, Slava Ross, réalisateur, Bernard Guetta, journaliste,e Philippe Meyer, journalistes et humoriste. 


L’humour russe existe-t-il ?

Au cours de leur histoire récente, les Russes durent affronter de nombreux épisodes tragiques. Et cependant, depuis les fables et légendes que récitaient les amuseurs de foire, l’humour fait incontestablement partie de leur tradition culturelle. La littérature classique en donne maints exemples, de Pouchkine à Griboedov, de Saltykov-Chchedrine à Gogol et Tchékhov. La comédie, le récit satirique, souvent métaphorique – car il ne fallait pas éveiller les foudres du censeur- furent très tôt un genre assumé, façon courante de décrire les travers des différents états de la société, les dérives des régimes politiques et les mœurs de ses élites. Le cinéma a très tôt usé de ces langages, mêlant étroitement le burlesque, la satire poétique ou réaliste, la farce et la parodie. Or souvent fixés sur les films « sérieux », qu’ils soient dans la ligne de la propagande du moment ou usant des latitudes que pouvaient se créer les meilleurs réalisateurs, la critique cinéphilique, les festivals ont souvent laissé de côté ces genres « mineurs » attirant pourtant des millions de spectateurs soviétiques. . A l’occasion de ce festival qui tente de retracer cet autre héritage du cinéma russe, depuis une des dernières grandes comédies musicales staliniennes, Les cosaques du Kouban, jusqu’aux comédies décrivant les nouveaux Russes de l’ère post-soviétique, nous tenterons dans cette table ronde de revenir sur ces questions. Existe-t-il des formes spécifiques à l’humour russe, comment peut-on détourner le regard de la censure, éviter les pièges des idéologies imposées ? Ce sera aussi l’occasion de revenir sur l’importance de quelques réalisateurs aujourd’hui méconnus, Eldar Ryazanov, Géorgui Daniela, Léonid Gaïdaï ou Youri Menchov…
Jean Radvanyi

 

 Grille de séances 

  Jeudi 26 mars

Vendredi 27 mars

Samedi 28 mars

Dimanche 29 mars

Lundi 30 mars

10h00

  Ironie du sort
(3h)

Table ronde « L’humour russe existe-t-il ? »

Séance enfants : animation Norstein

Carnaval
(2h30)

10h30

  La nuit du carnaval
(1h20)                                                                     N N

Délit de fuites
(1h45)
Il était une fois un gars
(1h40)
Les cosaques de Kouban
(2h) N N

13h30

  Moscou ne croit pas aux larmes
(2h10)

Les cosaques de Kouban
(2h)  N NCM

Nous sommes du jazz
(1h28)     
N
Remise   des prix CM

Changement:

Le gros lapin stupide
(1h30)

16h00

  La côte d’Adam
(1h20) CM

La plus charmante et attrayante
(1h29) CM

Le gros lapin stupide
(1h30)

Soyez les bienvenus 
(1h14)

18h00

Les filles
(1h33) N     

Le début
(1h30) CM

La nuit du carnaval
(1h20)    
N NCM

Récits
(1h45)

Le garçon de courses
(1h30) N  

20h00

Ouverture 

Prisonnière du Caucase
(1h20) N N

    Amour et pigeons
(1h45)

Les filles
(1h33) N   

20h30

  Je demande la parole
(2h) CM

Romance de bureau
(2h25)        N CM

   
22h00

Ouverture 

Le garçon de courses
(1h30) N 

    Prisonnière du Caucase
(1h20)  N N

Je me balade dans Moscou
(1h20)

Tous les films sont en VO ST français.
N Copie neuve. N Sortie nationale. CM Précédé d’un court-métrage.

Tarifs : Carte festival 10 films : 45€ - Plein tarif : 9€ - Tarif réduit (+ de 60ans, étudiants, chomeurs, famille nombreuse) : 7€


 

«Quand les Russes rient»,
1er Festival du Film russe
60 ans de comédies russes 1950-2010
26-30 mars 2015, Paris, cinéma Le Grand Action
L’Association Dialogue Franco-Russe et Rivages film présentent du 26 au 30 mars 2015 à Paris « Quand les Russes rient », le premier festival du film russe consacré à l’humour. Vingt-deux grandes comédies de 1950 à 2012, sept court-métrages récents en compétition, une séance pour enfants, une table ronde « L’humour russe existe-t-il ? », ainsi qu’un hommage spécial à l’actrice russe Inna Tchourikova seront au programme de cet évènement unique qui vise à maintenir des liens d’amitié entre créateurs et public russes et français à travers un voyage au cœur du cinéma russe et un tourbillon de romances, de séductions, de rires et de fêtes.

D’une grande comédie musicale stalinienne, Les cosaques du Kouban d’Ivan Pyriev (1950), aux Récits de Mikhail Segal (2012), quatre nouvelles entre la comédie et le drame sur la société russe d’aujourd’hui, « Quand les Russes rient » sera l’occasion de découvrir des grandes comédies russes, populaires et exigeantes, formidables et gaies, mais aussi des films « multi genres » à l’humour plus subtil, où l’anecdotique se mélange facilement avec l’attachant, le mélancolique et parfois même avec le dramatique.

Un hommage spécial avec quatre films sera rendu à la grande actrice russe Inna Tchourikova, qui viendra à la rencontre du public français accompagnée de son mari Gleb Panfilov et du directeur des studios Mosfilm Karen Chakhnazarov, deux grands réalisateurs qui l’ont fait tourner dans des films admirables. Dans Le début, un des quatre films présentés pendant le festival, elle joue le rôle de Jeanne d’Arc, héroïne on ne peut plus populaire chez les Russes, preuve s’il en est de l’union profonde entre nos deux pays.

La création cinématographique contemporaine sera représentée par sept court-métrages des années 2000-2010 en compétition. Le Jury du festival attribuera à l’un d’entre eux le Prix de « Quand les Russes rient » qui permettra au réalisateur lauréat de venir à Paris pour rencontrer les cinéastes et le public français.

L’humour russe existe-t-il ? Animé par Jean Radvaniy, professeur à l’Inalco, en présence de réalisateurs, journalistes, sociologues et humoristes russes et français, cette table ronde proposera un regard original sur la société russe face aux dérives des régimes politiques et aux mœurs de ses élites.

Une séance pour petits et grands autour des dessins animés de Iouri Norshtein, le grand maitre d’animation russe, complètera le programme de ces quatre jours de rires, de bonne humeur et d’amitié.

En prolongation du festival, trois perles de la sélection de « Quand les Russes rient » : Les cosaques de Kouban d’Ivan Pyriev (1950), La nuit de carnaval d’Eldar Ryazanov (1956) et La prisonnière du Caucase de Leonid Gaidai (1966) sortiront dans toute la France avec Gaumont Arkeion.


Présidence : Vladimir Iakounine et Thierry Mariani
Délégation générale
 : Alexandre Troubetzkoi et Marc Ruscart
Sélection long-métrages : Alexandre Troubetzkoi et Marc Ruscart, avec la collaboration de Jean Radvanyi
Sélection et compétition court-métrages : Nikolaï Elkine
Table ronde
 : Jean Radvanyi

Pour Gaumont Arkeion : Yvonne Varry
Communication et presse
 : Alexandra Kamenskaya et Mathilde Bila

Comité de pilotage 
: Vladimir Bouchouev, Bernard Lozé, Hugues Malbert, Serguei Mndoiants, Isabelle le Gibbal-Hardy, Korinna et Laurent Danielou, Alexandra Kamenskaya, Irina Dubois, Dimitri de Kochko

Avec la complicité des amis du cinéma russe : Bertrand Tavernier, Michel Legrand, Macha Méril, Pierre Richard, Bernard Menez
En présence des invités russes : Karen Chakhnazarov, Inna Tchourikova, Gleb Panfilov, Mikhaïl Segal, Slava Ross